293338758_5177029599017186_6049541638794439441_n

LETTRE OUVERTE A L’UNION AFRICAINE A L’OCCASION DE LA JOURNÉE AFRICAINE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

 

L’Afrique célèbre ce 11 juillet 2022, la 6e édition de la journée africaine de lutte contre la corruption. La corruption est une gangrène planétaire qui enlise la prospérité et fait obstacle au développement. En Afrique en général et au Cameroun en particulier, les phénomènes de pots de vins, de blanchiment d’argent et de détournements de fonds sont devenus monnaie courantes malgré les mesures de prévention et de correction. 

28 sections de Transparency International à travers l’Afrique ont rédigé une lettre ouverte à l’Union Africaine (UA) afin de lui rappeler ses engagements dans la lutte contre la corruption et de l’inciter à prendre urgemment les mesures supplémentaires afin de réduire ce fléau qui s’étend de plus en plus. 

Lire la lettre ici https://ti-cameroun.org/wp-content/uploads/2022/07/TI_AU_Letter_AACD_2022.pdf

20220630_135255

LES ACQUIS DE L’ASSEMBLÉE MONDIALE DE PUBLISH WHAT YOU PAY (PWYP)

Le 30 juin 2022 à Yaoundé s’est tenue une réunion de partage des acquis de la participation des organisations membres de PUBLISH WHAT YOU PAY (PWYP) à l’Assemblée mondiale de ce mouvement qui, œuvre pour une redistribution transparente et responsable  des revenus pétroliers, gaziers et miniers afin d’améliorer la vie des citoyens. L’Assemblée mondiale s’est tenue du 27au 30 juin 2022 en ligne pendant laquelle plusieurs thématiques ont été présentées entre autres : la gouvernance féministe des ressources naturelles, la transparence des contrats, leadership et gouvernance au sein de PWYP, transition énergétique grâce aux minéraux propres pour ne citer que celles-là. Chaque exposant présentait les réalités de leur pays. Le constat fait pendant les exposés était le phénomène de la non transparence des contrats miniers et la non divulgation de ceux-ci dans les pays africains. Ce qui témoigne à nouveau de la gestion opaque de ce secteur dans les pays africains. De même la redistribution des revenus  d’exploitation minière pétrolière et gazière aux différentes populations  demeure un vrai casse-tête chinois.

La réunion de partage a connu la présence de quelques membres de PWYP Cameroun notamment Transparency international-cameroon, Relufa, Cradec, Rectrad, Adin, etc. il était question de participer à la dernière thématique de l’assemblée axée sur  leadership et gouvernance au sein de PWYP, commenter de manière individuelle les acquis de l’assemblée et de présenter les différents projets en cours de PWYP Cameroun. Pendant les débats quelques manquements ont été relevés quant à l’absence de synergie d’actions observée au sein de la section camerounaise du mouvement. Somme toute, une rencontre des membres de PWYP Cameroun a été recommandée afin de mettre sur pied des stratégies de déploiement dans le but d’atteindre les objectifs nationaux du mouvement

288594345_7816391521734159_3602789857146047406_n

TI-C CONSOLIDE LES LIENS AVEC L’AMBASSADE DES ETATS-UNIS AU CAMEROUN

 
 
 
Le Président de Transparency international-Cameroon Me Henri Njoh Manga Bell a reçu en audience le 14 juin 2022,  l’ambassadeur des États-Unis au Cameroun accompagné de son chargé des affaires politiques et économiques M. Lance Kinne.
Cette audience rentre en droite ligne avec la politique des ambassades d’échanger avec quelques représentants de la société civile sur des sujets poignants.
20220614_101653

LES ACTEURS MUNICIPAUX A L’ECOLE DE LA DIGITALISATION

                                                       
 

Dans le cadre du projet « Renforcement de la gouvernance budgétaire pour la fourniture des services de base durable dans le respect de la préservation de l’environnement » le consortium TI-C, CRADEC, DMJ, Afroleadership et ADIN a organisé un atelier de formation sur la gestion de l’utilisation de la plateforme virtuelle sur le suivi de la commande publique du 14 au 16 juin 2022 à Yaoundé.

Cet atelier a vu la participation des membres du consortium, de l’équipe de mise en œuvre du projet et des acteurs municipaux des six communes pilotes du projet (Betare-Oya, Nguelemendouka, Yagoua, Yaoundé VI, Ngoulemakong et Ngoura)

Les objectifs étaient de

  • Comprendre les différentes technologies utilisées pour le développement de ladite plateforme
  • Engager les acteurs municipaux pour une meilleure implication dans le suivi des marchés publics etc.

Pendant ces trois jours les exposants ont édifié les participants sur quelques thématiques telles que :

  • Les généralités sur l’Internet,
  • La présentation de l’OCP (Open Contracting Partnership/Partenariat pour les contrats ouverts), Un organisme public indépendant à but non lucratif de type 501(c)(3) qui travaille dans plus de 50 pays.
  • La présentation de l’OCDS (Open Contracting Data Standard – OCDS ? Standard des données sur la Commande Publique Ouverte), un standard ouvert pour la structuration et la publication de données ouvertes couvrant toutes les étapes du processus de passation de marché, de la planification à la mise en œuvre.
  • La présentation et l’utilisation de la plateforme.

Au terme des exposés, les échanges fructueux ont permis de lever l’équivoque sur les modalités de gestion à long terme de la plateforme par les dites communes qui au travers, d’une déclaration ont adressé une motion pour l’implémentation de celle-ci dans leurs localités respectives.

 

téléchargement (2)

TRANSPARENCY INTERNATIONAL-CAMEROON STATEMENT ON THE GLENCORE CASE

CORRUPTION IN THE RAW MATERIALS AND MINING SECTOR: GLENCORE PLEADS GUILTY

 The Swiss-based raw material trader and mining operator has admitted to being involved in a massive case of corruption and manipulation of oil prices concerning its activities in Africa and Latin America before courts in the United States and England and agrees to pay a $1.1 billion fine. In 2018, Glencore was assigned by the US Department of Justice as part of an investigation for corruption, relating to its oil activities in Nigeria, Venezuela and the Democratic Republic of Congo (DRC). Subsequently, other investigations were launched by the Serious Fraud Office (SFO). Ultimately, the investigations unveiled bribes paid to intermediary companies in order to obtain improper advantages and retain business with public and state-controlled entities in West African countries namely Nigeria, Cameroon, Côte d’Ivoire and Equatorial Guinea, for a total amount of $25 million.

« Glencore’s guilty pleas demonstrate the department’s commitment to holding accountable those who profit from the manipulation of our financial markets and corruption around the world, » said Deputy Attorney General Kenneth A. Polite, Jr. of the Criminal Division of the Department of Justice. “In the foreign bribery case, Glencore International AG and its subsidiaries bribed corrupt intermediaries and foreign officials in seven countries for more than a decade. In the raw material price manipulation scheme, Glencore Ltd. undermined public confidence by creating a false appearance of supply and demand to manipulate oil prices».

Pursuant to a plea agreement, Glencore accepted a criminal fine of over $428 million and forfeiture and reimbursement of over $272 million.

The case of Cameroon

 According to Glencore’s lawyer, the mining giant pleaded guilty for corruption charges, including bribes paying for around 7 billion CFA francs to induce officials of the National Hydrocarbons Company (SNH) and of the National Refining Company (SONARA) to promote Glencore’s operations in Cameroon. Facts that sufficiently demonstrate the irresponsibility and greed of certain senior Cameroonian officials, whose unbridled quest for easy gain and the display of an expensive lifestyle are to the detriment of the country’s development and the improvement of living conditions of the people. Despite Cameroon’s unfortunate ranking in the Corruption Perception Index for the past three years, the phenomenon of corruption tends to increase under the helpless gaze of the state institutions in charge of fighting against this plague.

 Transparency International-Cameroon (TI-C), a civil society organization championing in the fight against corruption, joins its voice to all the personalities who have denounced this criminal act, to request the establishment of a multi-commission of inquiry actors (State, civil society, parliamentarians, etc.) so that responsibilities are cleared. TI-C strongly calls on the entities set up by the state to fight against corruption, such as National Anti-corruption Commission (NACC), the National Financial Investigation Agency (ANIF) and the Audit Bench of the Supreme Court, so that they commit to establishing the truth in this case.

There is no need to recall that Cameroon is committed to the Extractive Industries Transparency Initiative (EITI), one of the requirements of which is the publication of contracts and licenses. This new case could have been avoided if this requirement had been respected. The Glencore affair is undoubtedly only the visible face of an iceberg which testifies to the opacity observed around mining Conventions. It is essential that good governance guides mining contracts so that the subsoil of Cameroon is preserved and that it benefits all Cameroonians and not a few individuals who use their position to enrich themselves illicitly.

 

                                                                                                                                                         The   President

 

                                                                                                                                                     Me Njoh Manga Bell Henri

 

téléchargement (1)

DECLARATION DE TRANSPARENCY INTERNATIONAL-CAMEROON SUR L’AFFAIRE GLENCORE

 

                                 

 

CORRUPTION DANS LE SECTEUR DES MATIERES PREMIERES ET MINIER : GLENCORE PLAIDE COUPABLE

Le négociant des matières premières et exploitant minier basé en Suisse, a reconnu être impliqué dans une vaste affaire de corruption et manipulation des prix du pétrole concernant ses activités en Afrique et en Amérique latine devant les tribunaux aux Etats-Unis et en Angleterre et accepte de payer une amende de 1,1 milliards de dollars.  En 2018, Glencore avait été assigné par le département américain de la Justice dans le cadre d’une enquête pour corruption, liée à ses activités pétrolières au Nigeria, au Venezuela et en République démocratique du Congo (RDC). A la suite, d’autres enquêtes avaient été lancées par le Serious Fraud Office (SFO). Au terme, les enquêtes ont révélé des pots de vins versés à des sociétés intermédiaires afin d’obtenir des avantages indus pour  conserver des affaires avec des entités publiques et contrôlées par l’État dans les pays d’Afrique de l’Ouest du Nigeria, Cameroun, Côte d’Ivoire et Guinée équatoriale dont le montant total s’élève à 25 millions de dollars.

« Les plaidoyers de culpabilité de Glencore démontrent l’engagement du ministère à tenir responsables ceux qui profitent de la manipulation de nos marchés financiers et de la corruption dans le monde entier », a déclaré le procureur général adjoint Kenneth A. Polite, Jr. de la division criminelle du ministère de la Justice. « Dans l’affaire de corruption transnationale, Glencore International AG et ses filiales ont soudoyé des intermédiaires corrompus et des fonctionnaires étrangers dans sept pays pendant plus d’une décennie. Dans le stratagème de manipulation des prix des matières premières, Glencore Ltd. a sapé la confiance du public en créant une fausse apparence d’offre et de demande pour manipuler les prix du pétrole. » 

Conformément à un accord sur le plaidoyer, Glencore a accepté une amende pénale de plus de 428 millions de dollars et une confiscation et un remboursement de plus de 272 millions de dollars. 

Le cas du Cameroun,

 Selon l’avocat de Glencore, le géant minier a plaidé coupable d’accusations de corruption, y compris le paiement de pots-de-vin d’environ 7milliards de francs cfa pour inciter des responsables de la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH) et de la Société Nationale de Raffinage (SONARA) à favoriser les opérations de Glencore au Cameroun. Des faits qui démontrent à suffisance l’irresponsabilité et la cupidité de certains hauts responsables camerounais, dont la quête effrénée du gain facile et l’exhibition d’un train de vie dispendieux se font au détriment du développement du pays et de l’amélioration des conditions de vie des populations. Malgré le classement malheureux du Cameroun dans l’Indice de Perception de la Corruption de ces trois dernières années, le phénomène de corruption tend plutôt à s’amplifier sous le regard impuissant des institutions étatiques en charge de lutter contre cette gangrène.

 Transparency International-Cameroon (TI-C) organisation de la société civile pionnière dans la lutte contre la corruption joint sa voix à toutes les personnalités qui ont  dénoncées cet acte criminel,  pour demander  la mise sur pied d’une commission d’enquête pluri-acteurs (Etat, société civile, parlementaires etc) afin que les responsabilités soient dégagées. TI-C interpelle avec force les entités mises en place par l’état pour lutter contre la corruption à l’instar de la CONAC, l’ANIF et la chambre des comptes afin qu’elles s’engagent pour établir la vérité dans cette affaire.

 Il n’est point besoin de rappeler que le Cameroun est engagé dans l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) dont l’une des exigences est la publication des contrats et licences. Cette nouvelle affaire aurait pu être évitée si cette exigence avait été respectée. L’affaire Glencore n’est sans doute que la face visible d’un iceberg qui témoigne de l’opacité observée autour des conventions minières. Il est indispensable que la bonne gouvernance guide les contrats miniers afin que le sous-sol du Cameroun soit préservé et qu’il profite à l’ensemble des camerounais et non à quelques individus qui usent de leur position pour  s’enrichir de manière illicite.

                                                                                                                                               Le   Président

 

                                                                                                                                       Me Njoh Manga Bell Henri

 

WhatsApp Image 2022-05-30 at 10.16.15

ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PARLEMENTAIRES DES OSC ET DES MEDIAS SUR L’ANALYSE DU SYSTÈME FISCAL INTERNATIONAL ET LE SUIVI DE L’ ÉQUITÉ FISCAL AU CAMEROUN.

Du 25 au 27 mai 2022, le consortium Transparency International-Cameroon, CRADEC, ADIN, DMJ et Afroleadership ont organisé dans la cité balnéaire un atelier de renforcement des capacités des parlementaires, OSC et des médias sur l’analyse du système fiscal international et le suivi de l’équité fiscal au Cameroun dans le cadre du projet « Renforcement de la gouvernance budgétaire pour la fourniture des services de base durable dans le respect de la préservation de l’environnement ».

Pendant trois jours il était question d’ouvrir aux parties prenantes une plateforme de renforcement des capacités et d’échanges sur des questions alignées sur le système fiscal national et international, la transparence financière et le suivi de l’équité fiscal pour le financement des objectifs de développement durable à travers la stratégie nationale de développement 2020-2030 au Cameroun.

De manière spécifique il s’agissait de:

  • Comprendre et discuter de la manière dont le gouvernement peut mobiliser les ressources domestiques dans le respect de l’équité fiscale au Cameroun
  • Placer les parlementaires les osc, les médias en première ligne dans la promotion de l’équité fiscale et la lutte contre le secret financier, la fraude et l’évasion fiscale internationale, pour le financement de la SND30 etc.

Les échanges et discussions fructueux ont débouché sur quelques résolutions notamment le lancement officiel du CAUCUS NATIONAL DES PARLEMENTAIRES. Un réseau qui doit mettre sur pied une stratégie pour contrer les flux illicites au Cameroun.

20220518_095717

LA PLACE DES FEMMES DANS LES INDUSTRIES EXTRACTIVES

Transparency international-Cameroon a pris part le 18 mai 2022 à un Atelier de présentation du groupe de travail de l’association des femmes du secteur minier au Cameroun, de renforcement des capacités des femmes sur la norme ITIE, du code minier et des Institutions de mise en œuvre de l’ITIE au Cameroun.

D’après OXFAM, les femmes font l’objet de discrimination à toutes les phases des projets extractifs. La persistance de l’inégalité entre les sexes au sein des industries extractives, la compromission des droits des femmes par rapport au potentiel de développement du secteur associées aux préjugés sexistes empêchent leur implication et leur accès aux avantages économiques que les industries extractives procurent. La discrimination se manifeste aussi dans les rapports que les entreprises et les gouvernements entretiennent avec les communautés. Les politiques, les pratiques indifférentes au genre dans les processus de consultations et de prise de décisions communautaires donnent lieu à l’exclusion systématique des femmes et à la non prise en compte des points de vue, des intentions, aspirations et des intérêts de celles-ci.

Les exposés et échanges fructueux ont permis aux femmes présentes de mieux aiguiser leurs connaissances et de s’intéresser aux questions genre dans le secteur minier.

283260032_7694312410608738_2680128057174762820_n

LE PRÉSIDENT DE TI-C REÇOIT EN AUDIENCE L’AMBASSADEUR DE BELGIQUE

Le Président de Transparency international-Cameroon Me Henri Njoh Manga Bell a reçu en audience dans son cabinet, l’#ambassadeur de #Belgique et son chef de mission adjointe Mme Myriam DULIEU accompagnés tous les deux par le Directeur Afrique Sub saharienne et son attaché venus tous deux du Ministère des affaires étrangères Belge.

Cette audience avait été sollicitée par l’ambassadeur de Belgique pour des échanges de sa délégation avec quelques représentants de la société civile camerounaise sur divers sujets faisant l’actualité.

WhatsApp Image 2022-04-26 at 15.18.24

ACADEMIC INTEGRITY AND HONESTY FOR A DURABLE SOCIETY.

In the framework of the pilot phase of training on ethics and integrity, TI-C launched a poem and drawing competition titled, “Write a poem or sketch a drawing on ethics and integrity in the school or environmental milieu” to pupils of the PNEU school at Yaounde. On the 26th april 2022, TI-C awarded the participants to encourage their efforts on understanding the topic and their availability to learn and practice ethic and integrity  around them. 28 pupils submitted  their work and among them we chose the first five to whom we gifted communication tools alongside certificates.

Over the years TI-C has actively participated in creating awareness and to an extent succeeded in curbing corruption activities in our society through its Advocacy and legal Advice Center Institution (ALAC). This time around, with recent happenings in our schools which threaten the peace of teachers and the society at large, the TI-C staff decided to infiltrate schools and train on these topics. The objective of this training is to assess the level of understanding of these thematic, to try to divert mindsets of pupils from juvenile delinquency to adopting positive values throughout the national territory. The ultimate goal of this training is to establish participatory sessions with pupils where we can enable them vent out their worries while training them on adopting intensive ethical and integrity skills to better handle situations and easily reintegrate the society.